Menu Fermer

Conquête spatiale : le problème des ceintures de Van Allen

Les adeptes de la Terre plate sont forcément convaincus que l’homme n’est pas allé sur la Lune. Et un de leurs arguments favoris pour justifier l’inexistence de cette fabuleuse aventure est : les ceintures de Van Allen. Mais qu’est-ce que c’est ?

Les ceintures de Van Allen, c’est quoi ?

Les ceintures de Van Allen (et non Van Halen, enfin, lui il a des ceintures, mais juste pour son pantalon) sont des zones de radiations situées autour de la Terre. Elles portent le nom de leur découvreur James Van Allen, qui en a effectué les premières mesures en 1958 grâce aux compteurs Geiger des satellites Explorer 1 et Explorer 3.

JHUAPL, NASA, recoloured by cmglee [Public domain], via Wikimedia Commons

En forme de donut, dans le sens équatorial, il s’agit en fait de particules énergétiques issues des vents solaires. Ces particules sont piégées par le champ magnétique terrestre.

Il existe deux zones :

  • la ceinture interne, située entre 700 et 10 000 km d’altitude.
  • la ceinture externe, située entre 13 000 et 65 000 km d’altitude.

Ces ceintures, qui sont notamment à l’origine des aurores boréales et australes, ont la particularité très appréciée des platistes d’être hautement radioactives.

Un souci de cohérence, non ?

Carrément. Il y a un très gros souci de cohérence. Car les platistes ne croient pas au globe, ils ne croient pas à l’espace ou encore aux satellites, mais ils croient dur comme fer aux ceintures de Van Allen. Et pour cause : cette barrière est pour eux un argument qui invalide la conquête spatiale, notamment les missions lunaires habitées. Du pain béni pour eux.

Mais alors, le globe, il existe, ou pas ? Parce que, s’il n’existe pas, et que la Terre est bien plate, alors les ceintures de Van Allen n’ont pas lieu d’être, et Van Allen, leur découvreur, est un mythomane de plus. Donc aucune raison d’y croire. Et si les ceintures existent, alors le globe aussi, puisque les ceintures sont générées par la magnétosphère, qui, rappelons-le, n’existe pas sur la Terre plate…

De plus, les mesures effectuées afin de déterminer l’existence de ces ceintures ont été faites par des satellites, ces mêmes satellites qui n’existent pas, toujours si l’on en croit les platistes !

Toujours est-il que l’argumentation favorite des platistes sur le sujet est que les astronautes n’auraient pas pu traverser ces ceintures sans se retrouver grillés par les radiations.

Mais ce que j’aime le plus dans ce genre de raisonnement est que le platiste est prêt à utiliser n’importe quelle difficulté pour discréditer « ce que le système nous enseigne », même si cela va à l’encontre de ses propres convictions… Ceintures, pas ceintures, Terre plate, globe, satellites… Aïe, pas facile, là, pour le coup !

Bon, ils sont passés ou pas, finalement ?

Ben oui, finalement, les astronautes, ils les ont traversées, ces ceintures, ou non ? Pour être tout à fait logique, vu qu’ils sont bel et bien allés sur la Lune (les traces sont encore visibles, pour mémoire), oui, ils les ont traversées. Et non, ils n’ont pas grillé sur place. Mais pourquoi ?

extrait document NASA

Tout simplement parce que les ceintures sont inclinées par rapport à l’orbite décrite par la Lune. Ainsi, les vols sont passés au-dessus de la ceinture interne, la plus radioactive, et ont passé un temps limité dans la seconde. Selon les rapports médicaux, les astronautes d’Apollo 14 ont reçu une dose de 1,15 rad au niveau de la peau et 0,6 rad à 5 cm sous la peau. Pas de quoi faire cuire un oeuf…

Pourquoi c’est un plus gros obstacle maintenant ?

Les platistes aiment montrer cette vidéo récente d’un astronaute de la NASA qui décrit les ceintures de Van Allen comme étant un épineux problème. Ce qui, à première vue, leur donne du grain à moudre : comment cela pourrait être un plus gros problème 50 ans plus tard malgré les avancées technologiques ?

Eh bien la réponse est dans la question : le problème, c’est les avancées technologiques. Il y a 50 ans, l’électronique était bien plus grossière, et par conséquent nettement moins sensible aux radiations. Les équipements ont besoin d’un blindage bien plus puissant aujourd’hui, certains équipements doivent même être totalement coupés pendant la traversée des zones de radiations. C’est pourquoi ce problème est bien plus épineux aujourd’hui.

On pourrait même ajouter qu’il n’y a pas que les ceintures de Van Allen qui sont susceptibles de perturber le fonctionnement des équipements. En effet, les vents solaires et les rayons cosmiques sont tout aussi problématiques, et impliquent une protection accrue de l’électronique embarquée.

En conclusion

Les platistes sont prêts à mettre tous les arguments à leur disposition en avant pour mettre à mal la NASA et l’histoire de la conquête spatiale, et ce même si ça met leur modèle par terre. Soyons logiques, si je ne crois pas en quelque chose, alors je ne crois pas non plus aux problèmes générés par ce quelque chose. Et surtout, je ne m’en sers pas pour le discréditer. Mais les platistes, eux, s’en fichent royalement. Paradoxal, non ?

Sources

Laisser un commentaire