Menu Fermer

Terre plate : le problème de la Lune (2)

Nous connaissons maintenant bien le modèle de la Terre plate : un disque au-dessus duquel tournent le soleil et la Lune. Mais cela pose bien des problèmes par rapport à ce que nous pouvons observer quotidiennement.

Par Jérôme SALEZ — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18490519

Lors d’un précédent article, nous avons vu que les platistes rejettent l’idée que l’homme a marché sur la Lune. Pour eux, ils s’agit d’un vaste canular et le modèle même de la Terre plate fait que cela est impossible. Cependant, une Lune suspendue dans le ciel telle que décrite par les platistes est bel et bien impossible, et ce pour plusieurs raisons.

La Lune imaginée par les platistes

Pour les théoriciens de la Terre plate, la Lune est, comme le soleil, suspendue au-dessus de nos têtes et, comme lui, tourne en rond. Mais cela va à l’encontre de ce que l’on voit au quotidien. Nous allons détailler les deux principaux problèmes que cela soulève.

The Flat Earth Society

Les phases de la Lune

Il est aisé de constater que, où que l’on se trouve sur la planète, nous voyons tous la Lune de la même manière. J’entends par là qu’à une date donnée, la phase de la lune est la même pour tous. Certes, les habitants de l’hémisphère sud la voient inversée par rapport à l’hémisphère nord, et le croissant apparaît horizontal à l’équateur, mais la partie illuminée de la Lune est toujours la même, carte lunaire à l’appui.

La Lune dans l’hémisphère sud. Par Amage9 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=71761111

Pour la Flat Earth Society, le fait que l’aspect de la Lune soit inversé suffit à dire que les gens ne voient pas la même phase. Ils oublient juste de prendre un télescope (un quoi ?) et regarder quels sont les reliefs visibles. Et force est de constater que, quelle que soit notre position sur le globe, ce sont toujours les mêmes au même moment.

phases de la lune
Par Tomruen — English Wikipedia, original upload 7 September 2005 by Tomruen [1], Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=326661

Mais regardons de plus près leur modèle : à un instant T, la Lune est dans une certaine phase. Mais cette phase est constante tout au long de la nuit. Or, selon leur modèle, selon l’heure, différents habitants ne la verraient pas de la même manière. Ceux qui sont à l’ouest de la Lune la verraient d’une certaine manière, ceux qui seraient en-dessous verraient autre chose, et ceux à l’est encore autre chose. Or ce n’est pas ce qui est observé. Dans la configuration platiste, aucune solution ne permet d’expliquer les phases de la Lune telle qu’on peut les observer.

https://wiki.tfes.org/images/c/c2/Lunar-Phases-Nodes.png

Les éclipses

Sur Terre, il y a principalement 2 éclipses qui nous intéressent : les éclipses solaires et les éclipses lunaires. Pour les platistes, le soleil et la Lune ont sensiblement le même diamètre. La Lune, passant sous le soleil, provoque une éclipse. Hélas, si cela marche à un instant T et à un endroit donné, on constate assez facilement, par rapport aux prédictions de visibilité de l’éclipse, que cela ne peut pas marcher ainsi. Mais les platistes n’ont même pas envisagé ce problème. Pourtant, ces cartes se révèlent systématiquement exactes.

Par NASA — http://eclipse.gsfc.nasa.gov/LEplot/LEplot2001/LE2019Jan21T.pdf, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=30448828

Concernant l’éclipse lunaire, c’est un peu plus compliqué : un objet « invisible » appelé shadow object orbiterait autour du soleil et viendrait par moments projeter son ombre sur la Lune. C’est ce que nous dit le site The Flat Earth Society.

Mais ce shadow object, qui l’a observé, pour de vrai ? Sachant que la Lune et le soleil ont, selon les platistes, sensiblement le même diamètre, il faudrait que ce shadow object ait un diamètre proche des deux autres afin de provoquer des éclipses dignes de ce nom. Et cela rendrait son observation plutôt facile, mais non, il n’a jamais été observé de quelque manière que ce soit. Eh oui, encore une croyance, une théorie fumeuse qui ne repose sur aucune observation. C’est tellement improbable que même les platistes n’ont pas su imager leur « solution »…

Cadeau bonus : la vraie nature de la Lune

En guise de petite surprise, voici comment les platistes voient la Lune. Tout d’abord, ce que nous dit le wiki de Flat Earth Society : C’est un globe, et il est… transparent ! On se demande alors par quel miracle de milliers d’astronomes amateurs peuvent observer des occultations. Pour les non-astronomes, une occultation, c’est quand la Lune passe devant une étoile ou une planète, et la masque temporairement. On peut alors clairement voir l’astre disparaître, puis réapparaître quelques instants plus tard. Comment cela serait-il possible si la Lune était transparente ?

Mais pour d’autres platistes (eh oui, il ne sont même pas tous d’accord entre eux), c’est un disque auto-illuminé. J’ai moi-même observé de nombreuses fois la Lune dans mon télescope (ton quoi ?) et s’il y a une chose de sûre, la Lune n’est ni un disque, ni auto-illuminée. La forme du terminateur (la limite entre la partie éclairée et la partie non éclairée) est sans équivoque : c’est bien une sphère.

En conclusion

Comme toujours, les platistes émettent des hypothèses qui se contentent de contredire le modèle établi, sans pour autant reposer sur des observations fiables. Sans reposer sur aucune observation tout court, d’ailleurs. Un minimum de bon sens suffit pour comprendre que ce qui est avancé sur le site de Flat Earth Society ne tient absolument pas debout. Qui, sur cette planète, a vraiment réussi à observer un objet ombre qui passe entre le soleil et la Lune pour provoquer une éclipse ? Si vous y croyez, un conseil : mettez votre oeil à l’oculaire d’un télescope (un quoi ?), vous mettrez définitivement ces idioties à la poubelle…

Entre savoir et croire, moi j’ai choisi.

Sources

Laisser un commentaire