Menu Fermer

Terre plate : le problème des satellites

Question : sur les photos (truquées) de la Terre, pourquoi ne voit-on jamais aucun satellite, alors qu’il est censé y en avoir plusieurs milliers en orbite ?

Hubble

Voici le genre de question qu’un platiste se pose. Ou nous pose. Sans même se demander pourquoi il pose la question. En effet, s’il part directement du principe que la photo est truquée, pourquoi pose-t-il la question des satellites ? Pour prouver encore davantage que la photo est truquée ? Les graphistes de la NASA (et des autres agences spatiales) sont décidément bien mauvais pour oublier des détails pareils !

Un problème de taille

Pour les platistes, c’est en effet un gros problème, car cela remet en cause toute l’imagerie que nous avons de notre planète. Mais il est extrêmement simple de leur prouver que les satellites existent, et ne peuvent être vus sur une photo de la planète.

Pour les autres, plus qu’un gros problème, c’est surtout un problème de taille. Au sens propre. Quelle taille fait un satellite ? Voilà la seule question qu’il faut se poser. Imaginons : en avion, à 10 000m d’altitude, distingue-t-on une voiture ? Un camion ? Imaginons maintenant : le satellite Deep Space Climate Observatory (DSCOVR), situé à 1,6 million de kilomètres de la Terre. Pensez-vous vraiment qu’il puisse faire figurer ne serait-ce que l’ISS sur une photo de la Terre ? Elle ne mesurerait même pas un pixel, c’est donc impossible. Et même un satellite géostationnaire, seul à des dizaines (centaines, milliers ?) de kilomètres à la ronde ne pourrait apercevoir le moindre autre satellite.

Pourquoi n’y a-t-il pas de photos intégrales de la Terre entre 1972 et 2015 ?

D’une part, ce n’est pas tout à fait vrai. Plusieurs appareils spatiaux ont pris des photos de la Terre dans sa globalité durant cette période, comme la sonde japonaise Hayabusa en 2004, ou le satellite Himawari-8 en 2015. Même le satellite GOES prend régulièrement des photos globales de la Terre. Mais du fait de leur position géostationnaire, les satellites photographient encore et encore la même face de la Terre.

Image prise par DSCOVR. NASA [Public domain], via Wikimedia Commons

C’est là que DSCOVR est différent : de par son orbite éloignée, il est capable de prendre des clichés de la Terre quelle que soit sa position par rapport à la rotation de la Terre.

L’absence de clichés globaux est une fausse affirmation (ou de l’ignorance) de platiste pour tenter de nous faire avaler des couleuvres.

Pourquoi les images de la Terre sont-elles toutes différentes ?

Si on regarde les différents clichés de la Terre (sans parler des images compositées à partir de plusieurs clichés), on s’aperçoit que les couleurs sont différentes. Que les continents n’ont pas forcément la même taille, etc. S’aidant de cela, les platistes se font un plaisir de crier au fake.

Alors faisons une nouvelle expérience toute simple : prenez un appareil, et faites une photo. N’importe laquelle, pourvu qu’elle puisse être refaite « à l’identique ». Changez maintenant d’appareil, et faites le même cliché. Aura-t-il exactement le même aspect ? Non, évidemment. L’ouverture, la focale, la balance des blancs, la saturation entre les deux appareils seront réglés différemment, et donc les deux clichés ne seront pas identiques. On aura donc des différences de couleurs, et de géométrie. Il en va de même pour les photos spatiales, et encore, à cela on peut ajouter l’utilisation de certains filtres pour faire ressortir volontairement telle ou telle plage de couleurs, dans un but scientifique bien précis. Sans compter que la plupart des images ont une source, qui explique la raison des choix de couleurs et de contraste, quand elles n’indiquent pas directement qu’elles sont totalement générées par ordinateur. Une nouvelle fois, les images sont tirées de leur contexte, une nouvelle fois, cet argument ne tient pas.

Les photos des satellites sont truquées

C’est ce qu’affirment les platistes : les photos prises depuis l’espace sont truquées. On voit même sur l’une d’entre elles le mot SEX formé par les nuages. C’est bien connu : les graphistes de la NASA sont de sacrés farceurs !

Faisons une expérience toute simple. Les divers satellites en orbite envoient des photos de la Terre très régulièrement. Rendons-nous sur le site d’un satellite météo japonais et regardons une photo de la Terre à une date et une heure donnée. En l’occurrence, j’ai pris le jour et l’heure où j’ai rédigé l’article, soit le 28 juillet 2019 à 9h30 UTC (11h30 heure française). Comparons la photo obtenue avec celle d’un satellite indien prise au même moment. La différence de l’angle de prise de vue nous permet d’écarter toute tentative de copier/coller. Les deux photos mises côte-à-côte mettent en évidence la similarité des formations nuageuses, et ce malgré une nette différence de contraste. Un platiste plus que sceptique dira que les agences ont le temps de se mettre d’accord en se partageant les images des nuages et de compositer les photos satellites… Mais faire ça 24h/24, 7 jours sur 7, 365 jours/an, en faisant coïncider ça avec ce qui est visible depuis la Terre par des milliards de personnes (rapport à la météo) en temps réel ? Sérieusement ?

Pourquoi n’y a-t-il pas de photos des satellites en situation ?

Enfin, les platistes vous poseront la question suivante : pourquoi n’y a-t-il aucune photo d’un satellite en fonction, et/ou pourquoi les photos des satellites sont-elles toutes des images 3D ?

La réponse ne tient qu’à une autre question : QUI prendrait ces photos ? Les satellites sont seuls dans l’espace à des kilomètres à la ronde (et ce, malgré leur nombre), donc qui pourrait prendre de telles photos ? Du bon sens !

En conclusion

La question de l’existence des satellites ne se pose en réalité même pas. Pas plus que celle de la véracité des clichés de la Terre, problème sur lequel nous reviendrons plus en détail prochainement. Les satellites existent, bien entendu, et le fruit de leur travail est observable en temps réel sur Terre… Et nous n’avons même pas parlé du GPS. Bientôt, promis.

1 Comment

  1. GOUVERNEUR

    Pour les platistes, comment les satellites tourneraient-ils autour de cette terre plate ? En passant des deux côtés de la « galette » ?

    Pour les platistes, seul un des deux côtés du disque est-il habité ?

    Selon eux, quelle est l’épaisseur de la terre ? Vont-ils forer ?

    Le soleil n’aurait que quelques centaines de kilomètres de diamètres, et serait « proche » de la Terre. Une partie seulement éclairerait la Terre (d’où la nuit). Mais même proche, toute la Terre devrait être éclairée en permanence !

    Par quelle force, selon eux, le Soleil et la Lune tourne-t-ils autour de la Terre sans s’y écraser ni s’en éloigner ?

    A-t-on déjà analysé le cerveau d’un platiste afin de voir s’il n’est pas plat ?

    Merci

Laisser un commentaire