Menu Fermer

Terre plate : le problème du P900

Le P900, c’est l’arme ultime du platiste. LE diseur de vérité. Ok, mais c’est quoi, le P900 ? Eh bien le P900, c’est tout simplement un appareil photo, mais… pas n’importe lequel.

Le P900 en contexte

Le P900 est donc l’un des arguments d’autorité du platiste. Il sera persuadé que tout ce que montre cet appareil photo est une vérité absolue, en dépit des lois de la physique, et même en dépit de la bonne utilisation de l’appareil. Quelques exemples :

  • Selon le platiste, le soleil tourne au-dessus de la Terre et ne passe jamais sous l’horizon. Une personne normale lui dira que si tel était le cas, le diamètre apparent du soleil varierait, hors ce n’est pas le cas. Le platiste rétorquera alors, photos du P900 à l’appui, que la taille apparente du soleil varie bel et bien, qu’il est plus gros au zénith et plus petit au crépuscule, comme sur la photo ci-dessous.
  • Ou bien il peut aussi nous montrer des « photos » qu’il qualifiera comme « la vraie nature des étoiles », pointant les ondelettes qui caractérisent la nature du dôme céleste :

Pourquoi cet engouement pour le P900 ?

C’est en fait purement marketing. Le P900 et son successeur le P1000 sont des appareils photo de chez Nikon, de la famille des bridges. Le P900 se trouve actuellement autour des 400€, alors que le P1000 frise le millier d’euros.

Leurs caractéristiques sont plutôt honorables, je ne vais pas les détailler ici (voir lien en fin d’article*), je vais juste mettre l’accent sur ce qui fait leur différence avec le reste du monde de la photo : leur zoom optique. En effet, ces deux monstres ont respectivement un zoom optique x83 et x125, soit des focales équivalentes en 24×36 à 2000 et 3000mm. Plutôt balèze.

Vidéo de xxx.com

Le souci, c’est que le platiste pense que cette puissance de zoom donne raison à l’appareil sur tout ce qu’il photographie, et que le boîtier est immunisé contre toutes les aberrations possibles sur une photo. Remarquez, le platiste a souvent une faible expérience en photo, et ne connaît donc même pas l’existence de ces aberrations.

Les deux cas en détail

Revenons sur le premier : la taille apparente* du soleil. Pourquoi diable sa taille varie-t-elle ? C’est extrêmement simple : Lorsque le soleil est au zénith, ses rayons ont moins d’atmosphère à traverser pour nous parvenir. Ainsi, sa lumière est plus forte, et le capteur se trouve ébloui. Il est impossible pour lui de distinguer correctement le disque solaire. La lumière bave, le soleil semble bien plus gros qu’il n’est en réalité. Au crépuscule, la lumière a plus d’atmosphère à traverser, c’est d’ailleurs ce qui donne au soleil sa couleur rouge. Et c’est aussi ce qui fait que moins de lumière nous parvient. Le capteur est cependant toujours ébloui, mais dans une moindre mesure. Mais il n’affiche toujours pas la taille réelle du soleil.

Vidéo de Wolfie6020

L’idéal est donc d’ajouter un filtre afin de laisser passer moins de lumière. Cela permettra au capteur de ne plus être ébloui, et de prendre de meilleurs clichés, où le disque solaire apparaîtra très nettement. Il sera alors facile de constater que le diamètre apparent du soleil est le même, du lever au coucher. Mais le plus simple est encore de faire l’expérience de nuit, avec la Lune. On constate aisément que son diamètre ne varie pas, et son lever et son coucher sont facilement observables !

Pour le second cas, c’est bien plus simple. Ces formes immondes que nous voyons ne sont bien évidemment pas la véritable forme des étoiles. En effet, les étoiles sont bien trop loin, et on peut zoomer dessus autant que l’on veut, elles conserveront l’aspect qu’on leur connaît : un simple point… à condition que la mise au point soit correctement effectuée !

Eh oui, vous avez compris, ces formes, ce sont les étoiles, mais avec une mise au point foireuse. Certains clichés présentés ne sont d’ailleurs pas faits avec le P900 mais directement sur un télescope, et la mise au point est tellement mauvaise qu’on distingue son araignée (pour les non-astronomes, l’araignée d’un télescope est le support du miroir secondaire). Et donc les vaguelettes que l’on voit correspondent à la déformation de la lumière par l’atmosphère, tout simplement.

Vidéo de Movie Vertigo

Afin d’être certain de faire une bonne mise au point, on peut utiliser un masque de Bahtinov*, comme dans la vidéo ci-dessous :

Vidéo de Movie Vertigo

En conclusion

Le Nikon P900 et son successeur le P1000 ne sont pas de mauvais appareils photo, loin de là, mais ce ne sont tout de même pas non plus des bêtes de concours. Cependant, ils sont très intéressants pour la photo lunaire, par exemple, et je dois avouer que le P900 me fait de l’oeil.

Le plus grave, c’est que tout ce que mettent en avant les platistes avec leurs photos moisies, c’est qu’ils n’ont aucune connaissance en photo ni dans leur matériel. Dur !

Pour terminer, rappelons simplement que l’appareil photo est une chose, mais le plus important, c’est le photographe !

*Sources et références

Laisser un commentaire