Menu Fermer

Terre plate : le problème du soleil

Pour les gens normaux, la Terre tourne autour du soleil en une année, et sur elle-même en un peu moins de 24 heures. Mais pour les théoriciens de la Terre plate, il n’en est rien. Pour eux, la Terre est fixe, et le cycle jour/nuit est légèrement différent. Enfin, légèrement, c’est une façon de parler…

Un jour chez les platistes

Concernant la Terre plate, le soleil et la Lune sont suspendus dans le ciel. Par quel miracle, selon quel mécanisme, quelles forces, nul ne le sait. Toujours est-il qu’ils sont accrochés là-haut et tournent au-dessus de nos têtes. Les soleil fait une révolution en 24 heures, et la Lune… ben pour la Lune, on ne sait pas trop. Car aucun des modèles n’explique correctement les phases de la Lune, les éclipses, etc. Mais j’y reviendrai dans un prochain article.

soleil terre plate

L’orbite, si on peut l’appeler comme ça, du soleil serait variable afin de pouvoir expliquer les saisons. Ainsi, il passerait d’une « orbite » serrée autour du pôle nord, pardon, du centre de la Terre (spéciale dédicace à Jules Verne) à une orbite écartée au-delà de l’équateur. Pour nous autres « nordistes », l’orbite serrée correspond à l’été, l’orbite écartée à l’hiver. Et quand il suit l’équateur, c’est quoi ? Un coup le printemps, un coup l’automne ? Un peu bizarre tout de même, on dirait bien que nos amis platistes ne connaissent pas le fonctionnement des saisons.

Sauf que la durée du jour et de la nuit ne suffit pas à définir une saison. Car leur modèle n’explique aucunement la différence de climat entre le printemps et l’automne. Alors que notre modèle, oui : c’est l’inclinaison de l’axe de la Terre par rapport au plan de l’écliptique ainsi que l’orbite qui est elliptique.

Mais revenons à cette histoire d’orbite variable au fil de l’année : un jour ayant toujours la même durée (environ 24 heures), et les orbites ayant des diamètres différents, cela signifierait que… le soleil a une vitesse variable ? Par quel miracle ? Parce que bon, un soleil qui tient tout seul en l’air, par l’opération de… non, n’y mêlons pas la religion… mais en plus dont la vitesse varie, ça commence à faire beaucoup, non ?

Les platistes pourront nous servir le coup de la force centrifuge pour expliquer la vitesse plus élevée sur une plus petite orbite… Mais les platistes ne rejettent-t-ils pas en bloc les travaux de Newton ? Pas très cohérent tout ça. Alors ils nous diront que dans notre modèle, la Terre a aussi une vitesse variable lorsqu’elle tourne autour du soleil. Oui, mais dans notre modèle, la gravitation (rejetée par les platistes) fait son travail. Et donc tout ce qui va avec, effet centrifuge compris.

Aube et crépuscule sur la Terre plate

Mais il y a un problème avec le fait que le soleil tourne au-dessus de nos têtes. En effet, si l’on se fie à ce modèle, le soleil devrait avoir un diamètre apparent variable à mesure qu’il s’approche ou s’éloigne, et surtout, il ne devrait jamais poindre à l’horizon ou repasser en-dessous. C’est pourtant ce qu’on constate chaque jour. L’argument des platistes ? c’est la perspective qui nous joue des tours. Il suffirait de filmer le soleil en baissant l’exposition pour s’en rendre compte. Ben non. Désolé les platistes, mais même en faisant comme vous dites, le soleil passe encore et toujours sous l’horizon. Et vous voulez savoir pourquoi ? Parce que c’est une sphère pardi !

soleil sous l'horizon la Terre plate est impossible
Le soleil passe sous l’horizon, et ce n’est pas un effet de perspective…

Définitivement, et c’est mathématique, si le soleil était à 5000 km au-dessus de nos têtes, ils ne disparaîtrait jamais, même la nuit. Et si son éclairage était trop faible pour nous éclairer la nuit, comme l’affirment les platistes, il resterait néanmoins visible, comme n’importe quelle étoile.

Les rayons du soleil

Mais si la perspective est la solution dans certains cas, dans d’autres, non, elle n’existe pas. Allez, nous allons parler des rayons « visibles » du soleil. Vous savez, cette lumière qui filtre à travers les nuages et qui file jusqu’au sol. Cette lumière dont les rayons ne sont pas parallèles et qui trahissent le fait que le soleil n’est pas à 150 millions de kilomètres de nous, mais à 5000 km seulement.

distance du soleil terre plate

Bon, alors nous allons faire un petit cours accéléré d’optique en faisant une petite expérience. Les rails d’une voie ferrée sont-ils parallèles ? Assurément. C’est bien visible quand on les observe de côté ou du dessus. Mais lorsque nous sommes SUR la voie ferrée ? (expérience à ne pas faire sur les voies d’une ligne à fort passage) Les rails ne se rejoignent-ils pas au loin ?

voie ferrée
ÇA, c’est un effet de perspective !

C’est la perspective qui nous joue des tours. Il en va de même avec les rayons du soleil. Et encore, on peut ajouter à cela le fait que la lumière du soleil est déviée par les nuages qu’elle traverse. On ne peut bien évidemment pas déduire la hauteur du soleil à partir d’une telle donnée, c’est ridicule.

Oh, j’ai une dernière question pour vous : dans votre modèle de Terre plate, comment expliquez-vous que le soleil puisse éclairer les nuages… par le dessous ? À méditer.

nuages éclairés par le dessous

En conclusion

On pourrait parler des heures des problèmes que pourrait causer le modèle de la Terre plate par rapport à ce que l’on peut observer chaque jour. Certes, le platiste aura une réponse pour chaque problème. Mais il n’en aura pas pour TOUS les problèmes mis ensemble. Ce n’est pas possible. Tout simplement parce que le seul modèle qui peut explique SIMULTANÉMENT tout ce que l’on peut observer quotidiennement, c’est le modèle enseigné à l’école. Eh oui, chers amis platistes, vous faites fausse route, c’est un fait !

Laisser un commentaire